Technique de peinture sur figurine

Apprendre a dessiner pour mieux peindre

Bien le bonjour, je me présente, je suis Laura, du blog Voyages en Pages. Sur mon blog, je te parle de dessin, d’aquarelle et de carnets de voyages. Et aujourd’hui, on va voir comment apprendre à dessiner pour mieux peindre… « Euh, attends… mais que fait donc cette fille ici ?! » te demandes-tu peut -être ? Hé bien figure-toi que le dessin et la peinture sur figurine ont pas mal de choses en commun ! Et notre ami commun Guillaume, qui tient ce blog, a jugé bon d’apporter le point de vue d’une adepte du dessin, des fois que ça puisse t’aider à élargir un peu tes horizons ! 😉

Je vais donc t’expliquer aujourd’hui quelques bases et astuces du dessin, que tu peux utiliser dans la peinture sur figurine. Curieux ? Alors allons-y !

Les bases du dessin applicable en peinture

Ombres et volumes

En dessin comme en peinture, ce qui va donner du volume à ton sujet, ce sont les ombres. Un dessin sans ombres, sans contrastes va être plat. Plus tu vas foncer tes zones d’ombre, plus tu vas donner du volume.

En peinture, c’est pareil. Si tu peins la tunique de ton personnage d’une seule et même couleur, sans y ajouter de variations de valeurs, tu vas te retrouver avec un résultat un peu plat, digne des jouets de Kinder surprise. Mais alors, comment ombrer tes sujets pour un effet 3D saisissant ?

Comprendre et définir tes volumes

La première chose à faire, en dessin, pour bien placer tes ombres (et même bien appréhender ton sujet et le dessiner correctement), c’est comprendre comment il est fait. L’avantage de la peinture sur figurine, c’est que tu n’as pas à dessiner les contours de ton sujet, il est déjà délimité. 😉

Ce que je te conseille, c’est de le décomposer en formes géométriques de base (des sphères, cubes, cônes, cylindres… comme Guillaume le conseille dans son article sur la théorie des couleurs). Hé oui, tu l’auras deviné, sur ces solides de base, c’est beaucoup plus facile de dessiner des ombres !;)

En observant attentivement ce que tu dessines, en comprenant quels sont les formes de base qui le composent, et comment elles s’articulent, tu comprendras aussi beaucoup mieux comment la lumière va l’éclairer, quelles zones seront les plus exposées, lesquelles resteront dans l’ombre.

Identifier les sources de lumière

Une fois que tu as bien compris comment était foutu ton sujet, la deuxième étape, c’est d’identifier d’où vient la lumière. Nous sommes bien d’accord, sans lumière, point d’ombres. Donc, pour savoir où placer tes ombres pour un rendu réaliste, il faut comprendre comment ton sujet est éclairé.

Dans la vraie vie des gens qui vont dehors, il y a rarement une unique source de lumière bien propre et bien définie. Si tu te mets dehors, par exemple, tu vas avoir la lumière du soleil, bien sûr, mais aussi sa réflexion sur tout ce qu’il y a autour.

Tu le sais peut-être, mais la lumière « rebondit » sur les objets (c’est ce qui fait que tu les vois). Et selon les objets, et leur couleur, leur matière, la lumière n’est pas réfléchie de la même façon. Par exemple, l’eau va beaucoup réfléchir la lumière (c’est pour ça que tu es ébloui quand tu regardes la mer par beau temps). La neige aussi, comme elle est blanche, va réfléchir une grande partie de la lumière qui l’éclaire. (Si tu vas skier, n’oublies pas tes lunettes de soleil, c’est important! Et la crème solaire aussi !)

Si tu es en intérieur, tu vas peut être avoir la lumière d’une fenêtre, celle d’un plafonnier, et celle d’une lampe de bureau ou d’appoint en plus… Toutes ces sources lumineuses vont créer chacune des ombres sur ton sujet, plus ou moins prononcées selon leur éloignement et leur puissance.

Ce que je te conseille, dans un premier temps du moins, c’est d’identifier ta source de lumière principale, et de t’y tenir. Sur un dessin, tu peux dessiner une petite flèche sur un coin de ta feuille pour ne pas perdre de vue que c’est de là que vient ta lumière. Représente tes ombres en fonction de cette source-là, et uniquement celle-là. Comme ça, tu auras un rendu cohérent et réaliste, et ça t’évitera d’avoir des zones ombrées ou éclairées sans raison apparente, ce qui donnerait un aspect étrange à ton dessin (ou ta figurine).

Sur ce, passons à la pratique !

Astuces pratiques pour ombres et textures

Bon, toute cette théorie, c’est bien joli, mais même en sachant tout ça, ce n’est pas toujours évident d’avoir un rendu stylé sur ta figurine. Tu auras probablement les ombres principales (sur le côté du torse, sous un bras, etc.), mais il va manquer toutes les petites ombres plus subtiles, comme celles des plis des vêtements, ou des éléments du visage.

Ne t’en fais pas, j’ai encore un ou deux astuces pour t’aider à peindre des figurines badass.;)

Exagérer les ombres grâce à une lampe

Ce que je conseille à mes lecteurs pour se faciliter la vie (notamment dans mon article sur les ombres), c’est de placer leur sujet sous une lampe, type lampe de bureau par exemple. Il faut que ce soit une lumière assez forte, qui éclaire franchement et directement le sujet. Comme ça, toutes les ombres vont ressortir de manière exagérée, et seront clairement et nettement définies… Et donc vachement plus facile à dessiner ! 😉

Tu peux faire tourner la lampe autour de ton sujet (ou tourner ton sujet sous la lampe) pour trouver l’éclairage qui te plaît le plus. Puis ne touche plus à rien, et tu n’as plus qu’à dessiner !

Pour une figurine, comme il va falloir que tu la peignes (et que ça risque d’être un peu contraignant sans la bouger de sous ta lampe), tu peux simplement la prendre en photo. Je te conseille de prendre plusieurs photos, sous tous les angles, pour que l’ensemble soit cohérent quand tu passeras à la peinture. 😉

Une autre astuce (que m’a glissée Guillaume, notre hôte) que je trouve assez géniale, c’est d’asperger légèrement ta figurine avec une bombe de peinture blanche, par au-dessus. Comme ça la peinture va jouer le rôle des faisceaux lumineux, et se poser exactement de la même manière sur le sujet. Comme ça tu sais exactement quelles zones éclaircir ! 😉

Comment donner de la texture

Utiliser astucieusement les hachures

En dessin, une de nos armes redoutables à connaître, ce sont les hachures. Elles sont magiques, elles peuvent donner du volume, de la texture, ou encore des indications sur l’orientation d’une surface…

Prenons par exemple cette forme patatoïde :

En y ajoutant seulement 2 petites hachures, on va complètement changer notre perception de la chose. On part d’un truc informe en 2D à un solide en 3D, orienté de manière tout à fait différente d’un cas à l’autre :

Puisque nous sommes dans le sujet des textures, parlons-en ! En faisant varier la longueur, l’orientation, l’espacement, la largeur, l’entrecroisement des hachures, on peut donner des effets de matière totalement différents au dessin. Les possibilités sont infinies ! Voilà quelques exemples pour la route…

Tu peux utiliser cette technique des hachures avec la peinture pour rajouter des effets de texture, ou amplifier, souligner certains volumes.

Jouer sur les valeurs

Un autre point important qui va nous donner des indications importantes sur une texture, une matière, ce sont les valeurs. Mais commençons par le début, qu’est-ce qu’une valeur ?

« Dans les arts graphiques comme en peinture, la valeur d’un ton est sa luminosité ou clarté, c’est-à-dire sa position dans l’échelle entre les tons sombres, ou ombres, et les tons clairs, ou lumières. »–  Wikipédia.

En d’autres termes, le ton, c’est la couleur (par exemple du rouge), et la valeur, c’est la clarté de cette couleur (rouge foncé ou rouge clair, pour la faire simple).

Quand je te parle de jouer sur les valeurs, c’est un peu comme jouer sur les ombres finalement.;) Sauf que cette fois, on va les travailler différemment, pour donner un aspect de matière à notre sujet.
Passons au concret, tu vas comprendre. 🙂

Effet brillant / humide

Pour représenter une surface ou un objet brillant, ou même humide (comme un verre par exemple, ou un œil), l’astuce est de juxtaposer des valeurs assez foncées avec des zones de blancs éclatant. L’utilisation du blanc est essentielle, elle va matérialiser la lumière qui se réfléchit complètement sur la surface (et la rend brillante).

L’idée, c’est de ne pas utiliser trop de valeurs intermédiaires. Il faut que les contrastes soient très tranchés pour rentre cet effet brillant.

Tu peux utiliser cette technique pour faire briller une armure neuve de mille feux 😉

Effet mat

Pour un effet mat, c’est tout l’inverse. N’utilise pas de blanc, et rends les transitions entre les valeurs beaucoup plus douces, atténuées. C’est le moment de travailler tes dégradés !;)

Tu vas également avoir moins de contraste, moins d’écart entre tes valeurs les plus foncées et les plus claires.

C’est une technique qu’on va utiliser pour les surfaces plus douces, comme la peau ou le tissus par exemple.

Texturiser la peinture

En dessin (ou plutôt en peinture), tu peux donner du relief (littéralement) à ta toile en te servant de la peinture. C’est le cas par exemple en peinture à l’huile, où tu peux observer des sortes de petits pâtés de peinture, qui rendent l’effet de 3D encore plus saisissant.

Tu peux t’amuser à faire pareil sur tes figurines, pour ajouter du relief et de la texture.

On parlait tout à l’heure de hachures, tu peux les matérialiser avec la peinture, en créant des stries (sortes de sillons) avec la peinture.

Varier tes outils

En dessin, il existe plein d’astuces pour représenter facilement certaines textures. Par exemple, pour tout ce qui est végétal, comme de la mousse ou le feuillage d’un arbre, tu peux utiliser une éponge ! Ça rend super bien, super facilement et super vite (on adore 😉 ). En plus, si tu utilises une peinture un peu pâteuse, tu vas te retrouver avec un effet de matière assez intéressant.

Et la bonne nouvelle, c’est que pour le coup, cette technique est applicable à la peinture sur figurine ! Tu as juste à découper ton éponge à la bonne taille, la tremper dans la peinture, et tapoter légèrement la surface à peindre.

Tu peux aussi varier les pinceaux. J’aime beaucoup travailler l’aquarelle, et pour représenter de l’herbe, par exemple, je vais utiliser une pinceau en éventail, qui va me permettre de tracer plusieurs lignes assez espacées et fines en un seul coup de pinceau. Très pratique pour gagner du temps, tout en ayant un rendu plutôt convaincant.

Sur une figurine, tu peux par exemple utiliser un pinceau brosse un peu dur pour rendre un effet légèrement strié (comme ce dont on parlait juste au dessus), ou vieilli, abîmé (sur une armure usée par exemple). Ou, au contraire, un pinceau beaucoup plus doux pour une surface lisse, polie, brillante. 🙂

Adapte ton outil à ce que tu veux peindre, et au rendu que tu veux avoir. Et surtout, n’hésite pas à tester des nouvelles techniques, de nouveaux outils, même s’ils ne sont pas spécialement conçus pour la peinture sur figurine ! Sois créatif, et apprends à te servir du système D, tu verras, des fois on obtient des résultats surprenants! 😉

Sur ces bonnes paroles, je vais te laisser aller tester tout ça, et je te dis à bientôt peut être pour un prochain article sur ce blog, qui sait ? Et si tu ne veux pas attendre, n’hésite surtout pas à venir me voir sur mon blog Voyages en Pages ! 🙂 Je serais ravie de t’accueillir et de te donner plein d’autres astuces dessin (entre autres) !

Laura

Et de mon côté, j’espère que tu auras apprécié l’article de Laura. Encore une fois, n’hésite pas à me dire en commentaire quels sont les sujets que tu veux que j’aborde. Et d’ici le prochain article, je te souhaite une bonne journée. Et bien sûr, n’oublie pas de mettre des couleurs dans ta vie 😉

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reçois GRATUITEM​​​​ENT le mini guide du débutant