Non classé

Comment bien diluer sa peinture

En tant que débutant, nous avons tous fait au moins une fois la même erreur : appliquer la peinture directement en sortie de pot. Catastrophe, on se retrouve alors avec une couche de peinture épaisse, difficile à travailler, et qui cache tous les détails de la figurine. Et oui, la plupart du temps, la peinture doit être diluée à l’eau ou au medium pour avoir une texture adaptée. Mais alors, comment bien diluer sa peinture ? Trop peu, c’est une cata, mais trop diluée, la peinture peut devenir impossible à travailler correctement. Bref, il faut trouver la bonne texture, voyons ça ensemble.

Diluer sa peinture - les couleurs primaires

Pourquoi diluer sa peinture ?

Pour pouvoir comprendre pourquoi il est nécessaire de bien diluer sa peinture, il faut avant tout comprendre ce qu’est la peinture. Bah oui, ce liquide coloré que je sors de mon pot, c’est quoi exactement ?

La peinture acrylique, c’est quoi ?

En fait, la peinture est un mélange de deux éléments : les pigments et le liant. Les pigments sont des éléments solides et colorés, souvent d’origine minérale, parfois d’origine organique. C’est ce qui donne la couleur à la peinture. Le liant est, comme son nom l’indique, ce qui va donner son aspect liquide à la peinture et lier entre eux les différents pigments de celle-ci. La peinture que nous utilisons sur nos figurines est de la peinture dite acrylique. Elle tient son nom du fait que le liant est une émulsion d’eau et de résine acrylique.

En plus de ces deux éléments, on peut retrouver dans la peinture (et comme dans à peu près tout de nos jours) des additifs. Ces additifs ont plusieurs buts : faciliter l’application (médium), retarder le séchage (retardateur), texturer la peinture (médium texturants). On retrouve dans la plupart des gammes d’aujourd’hui des petits pots de médium. Ils permettent de diluer la peinture en lui assurant une certaine tenue, évitant la formation de tâches dues à la séparation des pigments lors de trop fortes dilutions.

L’importance de bien diluer sa peinture

Mais alors, si la peinture est un mélange pigments-liant, ça veut dire que les pigments sont déjà dilués. Pourquoi diluer à nouveau ?

Pour la simple et bonne raison qu’en fonction des marques de peinture, la « recette » ne sera pas la même. D’ailleurs, au sein d’une même marque, la texture d’une couleur à l’autre peu changer. Donc, diluer sa peinture avant le premier coup de pinceau permet de s’assurer d’avoir une texture correcte. Il faut savoir que d’une manière générale, la peinture en sortie de pot est « trop » concentrée en pigments pour permettre un travail soigneux. C’est pourquoi je dilue toujours un peu ma peinture, comme tu peux le voir dans mon tuto “Peindre un zombie“! C’est d’autant plus le cas lorsque l’on débute. Si je mets « trop » entre guillemets, c’est parce-qu’au final, c’est une chance. Cela signifie qu’on a beaucoup de pigments dans le pot. Donc, qui dit plus de pigments dit plus de figurines peintes avec la même quantité de peinture.

MAIS, cette peinture trop concentrée peut, si elle est mal appliquée, faire des pâtés et venir cacher les détails de la figurine. Concrètement, l’épaisseur de la peinture va venir remplir les creux, et donc « gommer » les formes. Résultat : on obtient un rendu plat, qui donne à la figurine un aspect lisse et “plastique épais”… loin de ce que l’on recherche ! Car on l’a vu dans l’article “Choisir ma première figurine“, ces détails sont précieux. J’ai schématisé le tout, pour montrer la différence entre couche fine et épaisse :

Perte de détail selon l'épaisseur de peinture
Le trait noir est la surface de la figurine, le bleu la couche de peinture. En fonction de l’épaisseur et du “type de creux”, la perte de détails est flagrante !

Diluer oui, mais pas trop !

Attention cependant : trop diluer sa peinture est aussi très mauvais. Tout d’abord, cela implique un plus grand nombre de couches pour obtenir une couleur uniforme. Une succession de couches fines permettra un travail plus précis, des dégradés plus jolis, mais un temps de travail nécessaire BEAUCOUP plus long. Mais, surtout, cela offre moins de contrôle sur la peinture qui va avoir tendance à se rétracter et se « balader » sur la figurine. Il faut toujours garder le contrôle de sa peinture. C’est le pinceau qui doit la guider où nous le souhaitons, et non la peinture qui doit décider seule où se poser.

Mon cours récent chez Little Demon Studio avec Niko Deze m’a montré qu’il est tout à fait possible de bien travailler avec une peinture peu diluée. Simplement, il faut un peu plus de maîtrise. Savoir étaler correctement celle-ci sans faire de paquets. Puis maîtriser le lissage des transitions. Mais ce sont, selon moi, des techniques plus avancées, et nous reviendrons plus tard sur cela. En bref, diluer sa peinture, oui, mais dans une certaine mesure afin de garder le contrôle sur son travail.

Comment bien diluer sa peinture ?

Bon ok, tu nous dis qu’il faut bien diluer sa peinture, mais pas trop. Mais du coup, qu’est-ce que ça veut dire exactement ? Comment savoir si on a la bonne texture ? C’est peut-être la réponse la plus complexe à apporter. Quand on pose la question, la réponse qui vient souvent c’est : bah à peu près la texture du lait, mais bon, tu le vois à l’œil, tu juges quoi ! Je vais essayer de préciser un peu plus les choses. Mais je ne suis pas meilleur que tous les autres. Donc je vais surtout montrer ce qu’il ne faut pas faire. Voici mes petites astuces pour t’aider à juger si la dilution de la peinture est la bonne.

Astuce pour tester ailleurs que sur la figurine

Avant tout, je vois trop souvent des peintres qui font leurs mélanges, et testent direct sur la figurine pour savoir si la peinture est correcte. Je l’ai d’ailleurs fait de (trop) nombreuses fois. Le problème, c’est que si la texture n’est pas bonne, alors on passe 3 plombes à rattraper les dégâts.

Pour ne pas avoir à le faire, il est préférable de tester rapidement la peinture sur un autre support. La palette en elle-même est un bon indicateur. Que ce soit une palette classique (petit bout de carrelage, assiette, palette plastique) ou une palette humide, elle permet de juger de la texture en jouant avec la peinture et le pinceau. De la même manière, il est possible de juger du niveau de dilution sur un bout de papier essuie-tout. Beaucoup de peintre utilisent directement leur peau/leurs ongles, ce que je ne recommande pas, simplement car c’est pénible de s’en débarrasser ensuite, la peinture étant parfois un peu tenace. Enfin, une autre méthode très intéressante est l’utilisation d’une pièce « martyre ». J’entends par là le faire de prendre un petit bout de plastique, comme par exemple un bout de grappe, que l’on garde toujours à côté pour faire les tests. De cette manière, on peut rapidement voir le comportement de la peinture sur une matière identique à celle du sujet traité !

Identifier une peinture trop épaisse

Pour moi, la meilleure méthode pour constater que la peinture est trop épaisse consiste à en prendre sur un pinceau une petite quantité, juste sur la pointe, et à tracer un trait de quelques centimètres. Tu peux le tracer sur ta palette, sur un petit morceau de papier essuie-tout, ou sur ton morceau de plastique « martyre ».

Si ta peinture est diluée correctement, alors tu arriveras à tracer un trait continu et de couleur constante. A l’inverse, si ta peinture est trop épaisse, ton trait sera plus foncé au début, plus clair à la fin. Pourquoi ? Car la peinture ne s’étalant pas correctement, tu vas faire un « gros paquet » au début, avec beaucoup de pigments. Et tu en auras moins sur ton pinceau à la fin, donc la couleur va s’éclaircir. De la même manière, comme la peinture trop épaisse s’étale mal (car la quantité de liant est trop faible par rapport à la quantité de pigments) la peinture en fin de trait va être « sèche ». Tu vas avoir un trait discontinu, un peu à la manière d’un brossage à sec. Voici ce que ça donne en photo :  

Test pour savoir si la peinture est trop épaisse
En augmentant la dilution, on voit le trait s’affiner et devenir plus constant en couleur et en quantité de peinture!

Identifier une peinture trop liquide

De la même manière, il est possible de voir quand une peinture est trop diluée avant de l’appliquer sur la figurine. Pour ça, on va tester la peinture toujours sur la palette ou sur la pièce martyre. On peut considérer que la peinture est trop diluée à partir du moment où on ne la contrôle plus. C’est-à-dire quand les pigments ne vont pas là où on souhaite les amener avec le pinceau. Jusqu’à présent, je m’en rendais compte grâce à la pièce martyre. Concrètement, quand on applique l’applique, la peinture a deux comportements :

  • Elle fait une sorte de tâche à l’endroit où le pinceau quitte la pièce. Là où la pointe se détache du plastique, on voit tout de suite se former une petite auréole.
  • La peinture coule dans les creux, au lieu de rester là où on la pose.

Dans ces deux cas, cela signifie qu’il faut ajouter de la peinture dans le mélange, puisque le pinceau, et donc toi, le peintre, ne contrôlent plus rien.

Niko Deze (toujours lui), m’a aussi filé une autre astuce à laquelle je n’avais pas fait attention : quand tu mélanges ta peinture sur la palette, celle-ci doit se tenir. Si elle se rétracte, cela signifie que la dilution est trop importante, car elle se comportera de la même manière sur la figurine. Avec ces astuces, tu sauras identifier les peintures trop diluées.

Le trait du haut démontre une dilution correcte. Celui du bas, une trop forte dilution avec rétractation de la peinture et apparition de petites tâches.

Au final, comment bien diluer sa peinture ?

Avec les astuces précédentes, tu sais donc maintenant identifier si tu es sur une texture correcte. Malheureusement il n’y a pas de recette miracle du style : mettez 1 goutte d’eau dans 2 gouttes de peinture et c’est bon à chaque fois. Tout est question de jugé. Et les astuces ci-dessus, accompagnée des photos, devraient te permettre de juger correctement. Malgré tout, il est bon de garder en tête que la dilution idéale dépend :

  • Du niveau de peinture : un peintre plus aguerri saura maîtriser une gamme de dilution plus vaste, que la peinture soit plus épaisse ou plus diluée
  • De la technique envisagée : certaines techniques requièrent une peinture non diluée, presque sèche (brossage à sec par exemple), tandis que d’autres auront besoin d’une dilution beaucoup plus importante (lavis, glacis).
  • Des gammes de peinture utilisées : comme évoquée plus haut, chaque marque de peinture possède sa propre recette, plus ou moins concentrée en pigment.
  • De la palette utilisée : une palette sèche demandera une dilution plus importante de la peinture qu’une palette humide qui, par le contact indirect de l’eau, apportera une dilution supplémentaire de la peinture.

Astuce supplémentaire : pour bien doser l’eau que tu ajoutes dans ta peinture, tu peux utiliser une pot-pipette contenant de l’eau. Ainsi, tu sauras doser avec précision le nombre de gouttes nécessaires pour chacune de tes couleurs. Une dilution 1 goutte d’eau pour 3 gouttes de peinture est approximative avec un pinceau… alors qu’elle est très précise avec la pipette d’eau 😉

Et voilà, c’est fini pour aujourd’hui. J’espère que cet article te permet d’en savoir un peu plus sur comment bien diluer sa peinture. N’hésite pas à me faire tes remarques dans les commentaires. Et en attendant le prochain article, n’oublie pas de mettre de la couleur dans ta vie 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 commentaires

  • Jouys

    Très complète cette approche de la dilution. Le coup de la pièce martyr est bien vu. J’ai toujours un problème avec mes dilutions, j’ai tendance à mettre trop d’eau, sauf pour les dégradés dans le frais. Je vais tester.

    • Guillaume

      Oui, c’est un peu un problème récurrent. On en parle dans l’interview de Nicolas Deze. Comme “diluer sa peinture” est un conseil que l’on donne à tous, beaucoup (dont moi) tombent dans le piège de la sur-dilution. Sauf que c’est un enfer à travailler correctement, et ça prend un temps fou d’avoir une couche homogène. Finalement, diluer aussi doit se faire avec parcimonie, sous peine de grosses difficultés 😉

  • Philippe Lucas

    Bonjour,

    Bravo pour ton site, je suis occupé à le découvrir mais j’aime déjà ton style et ta façon d’aborder les sujets.

    Juste une petite remarque fonctionnelle, ne serait-il pas possible de supprimer le popup du guide qui revient à chaque changement de page. C’est un peu énervant 🙂

    Bonne continuation,

    Philippe

    • Guillaume

      Bonjour Philippe,

      Je te remercie pour ton commentaire et je suis ravis que mes articles te plaisent, ça me fait sincèrement plaisir.
      En ce qui concerne le Pop-up, tu fais bien de me le dire, je suis très à l’écoute de mes lecteurs sur leur expérience sur le blog. J’aimerais comprendre plus en détail : normalement, j’ai un pop-up (image qui appraît au centre de l’écran) qui s’affiche une seule fois pour proposer le petit guide. Une fois fermé, il ne doit plus apparaître, même en changeant de page… de ton côté, il réapparaît à chaque fois, c’est bien ça ? Ou parles-tu du bandeau du haut (qui lui est en effet sur toutes les pages) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reçois GRATUITEM​​​​ENT le mini guide du débutant